Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sur la route du social.... à Philadelphie !

Publié le par Epain Jessica

Sur la route du social.... à Philadelphie !
Bonjour Valérie* peux tu nous parler de ton expérience aux États Unis,  tout d'abord pourquoi travailler comme assistante sociale là bas ?

J'ai emménagé là bas pour des raisons familiales juste quelques jours avoir après avoir obtenu le DEASS. Je ne me voyais pas ne pas travailler, et encore moins hors du travail social. J'ai tenté ma chance et ça a marché ! 
Je suis HIV bilingual medical case manager, un travailleur social qui accompagne les personnes séropositives dans leurs projets mais aussi dans l'accès aux soins. J'assiste donc aux rendez-vous  médicaux. Je suis stationnée dans une clinique 2 demi journées par semaine et je fais le lien, parfois traduction, entre médecins et patients. Mon but est de favoriser l'adhésion au traitement et l'accès aux soins pour les personnes, et les aider dans leurs problématiques, comme n'importe quelle AS.

Es tu originaire de là bas ? 

Non pas du tout. Je suis originaire de la région parisienne et j ai fait mes études à Paris.


Sais-tu comment se passe le cursus aux États Unis ?
 
En général après un Bachelor en sciences sociales (psychologie par exemple), les étudiants font un master en travail social. C est donc 6 ans d'études pour le titre de Social Worker. Pour avoir la licence, c'est un autre programme que l'on peut faire à l'école ou au travail.


Quel type de public accompagnes tu ? Quel âge ? Quel profil ?

Tous mes clients (et oui on dit clients aux USA) sont séropositifs. La moitié sont des migrants, à 75% francophones. Pour l'âge ça va de 18 à 82 ans. Les profils sont très variés mais en majorité c'est une population afro-américaine, à faible revenus. La plupart ont de multiples maladies chroniques, des problèmes de santé mentale. 
 

Et as tu vu des différences entre la France et  les États Unis, en particulier la ville de Philadelphie dans  l'intervention sociale, le secret professionnel par exemple ? 

Je n'ai pas beaucoup d'expérience en France, juste mes 3 stages. Et aux Etats Unis, juste 1.5 ans de pratique. C'est dur de généraliser. 
Pour le secret pro, c'est pris extrêmement au sérieux ici, pas le droit à l'erreur. Dans l'intervention sociale, le cœur de la pratique reste la même. Accompagner les personnes pour la réalisation de leurs projets et de leur autonomie. 
Aux US, dans l'ONG où je travaille on a beaucoup plus de moyens que dans l'ONG française où j'avais fait mon dernier stage. 
 

Et la notion de distance ? 

C'est similaire. Même si d'aspect extérieur on peut sembler très amicaux. Par exemple il m'arrive de faire une accolade à mes clients pour les saluer, comme c'est la norme ici. Je leur propose aussi toujours quelque chose à manger ou à boire. Mais le cadre est clair.

Les problématiques sociales sont elles les mêmes ?

Globalement oui. Mais aux USA l'accès aux soins, extrêmement onéreux peut être un gros problème. Les personnes, (et même mes collègues) ont souvent 2 emplois. Parfois 3. La dette personnelle est considérablement plus élevée ici. Philadelphie est au cœur de la crise des opiacés. Donc beaucoup plus d'usagers de drogues dures, de médicaments et de décès par overdoses. Rien à voir avec la France. De nombreux articles en parlent en France, et ils n'exagèrent pas. Les incarcérations sont bien plus fréquentes aux US, où le système judiciaire est très sévère, et peu égalitaire. On a un programme d'outreach spécialement dédié, avec des travailleurs sociaux  qui se rendent dans les prisons pour rencontrer nos clients et faire le lien.
Je dirais que les problèmes aux US sont comme en France axés autour des ressources, de l'accès aux droits et aux soins. Les procédures sont dans les deux cas très longues et les institutions font des erreurs. Mais aux US, selon l'endroit où on travaille, les choses peuvent aller très vite si on fait remonter le problème à la hiérarchie, on ne laisse rien traîner, quitte à se déplacer à la sécurité sociale ou aux tribunaux.
 
 
Tu expliques que certains professionnels et usagers doivent cumuler des emplois mais si on devait comparer le salaire d'un social worker à un AS en France, y a t-il une différence en début de carrière selon toi ?
 
Ça varie entre 38k et 60k. Disons qu en tant que case manager (avec bachelor) c'est autour de 40-45 annuels bruts, quand tu es bilingue c'est toujours mieux payé.
 
 
Les compétences peuvent donc influencer le salaire aux états unis ?
 
Oui bien sûr. Et il faut négocier son salaire. C'est la norme là bas.
 
 
Le rythme de travail et de vie là bas, est il assez similaire ou cela demande t-il un temps d'adaptation nécessaire ?
 
Pas besoin d'adaptation selon moi, c'est 40h  par semaine.
 


Penses tu revenir plus tard en France ou si cela n'a jamais été le cas, travailler un jour en France ?
 
Oui certainement, mais pas tout de suite. L'environnement de travail est très dynamique et stimulant ici. Je sens que j'ai encore beaucoup à apprendre.
 

Penses-tu que le travail social est plus difficile à Philadelphie qu'en France ? 
 
Non, pas vraiment. C'est difficile de comparer mais je dirais spontanément que c'est plus facile. C'est très bien cadré et organisé, les rôles sont définis clairement dans les structures et avec les partenaires. Mes superviseurs sont toujours à l'écoute et toujours disponibles. J'ai 1 heure de supervision en tête à tête avec ma supérieure par semaine.
2 réunions d'équipe par mois. Encore une fois,  ça dépend d'où on travaille.
Ça change énormément d une structure à l'autre. De plus, on a des formations tous les mois, que ça soit sur les techniques d'entretien, une piqûre de rappel sur le VIH, les formations sur le Narcan (le spray nasal qui prévient les overdoses), des partenaires qui présentent leurs programmes ou encore de la prévention sur le burn-out. C'est très carré et très complet.
 

Pour toi, quel est le rôle de l'assistant social aux États Unis, est il différent ? 
 
Difficile À dire. L'AS n'existe pas aux US. On est quelque chose entre case manager et social worker. En tant que case manager j'ai un peu moins de responsabilités qu'en tant qu'AS. En tant que Social Worker, je suis AS et souvent thérapeute.
Le découpage des professions et des rôles est différent, et les systèmes sont très différents aussi. Dur de me prononcer sur ce point.
 

Quelle est la possibilité pour un Assistant de service social de trouver un emploi à Philadelphie ?
 
Si l'AS est bilingue en anglais, et en français, et a de l'expérience en France, c'est un profil recherché !


Quels conseils donnerais tu aux jeunes diplômés qui souhaitent travailler aux Etats Unis  ?

Avoir un visa et un permis de travail tout d'abord, être bilingue en anglais (être très bon en espagnol est un plus) et ne pas avoir peur de se lancer. C'est une expérience très riche !
 
 
 
 
*Prénom changé
*Propos recueillis par EPAIN Jessica

Commenter cet article

Cadusseau 22/08/2018 19:09

C'est un témoignage très intéressant, et donne envie d'aller bosser là-bas. Merci pour le partage! A bientôt sur une autre route du social...Ruth CADUSSEAU dernière année de formation ASS